Conseils pratiques

Dans le cadre de l’exploitation d’élevage, les nombreux équipements électriques et électroniques, le nombre important de structures et de matériels métalliques, les clôtures, etc. sont des facteurs favorisant l’apparition des phénomènes électriques parasites d’une ampleur parfois significative.

Par exemple, les installations électriques des élevages et les diverses structures métalliques sont exposées aux intempéries, à l’humidité, aux poussières, aux chocs, à la corrosion notamment par les lisiers, les aliments et les engrais... Ceci accélère leur vieillissement et leur dégradation et, par conséquent, augmente les risques d’incidents d’origine électrique.

L’atelier d’exploitation constitue aussi un milieu propice à la formation de nouveaux phénomènes tels que le couplage électrochimique et la décharge électrostatique.

Lorsqu’un problème d’origine électrique est constaté, il convient d’en déterminer la source pour mettre en œuvre les solutions les plus pertinentes. Le respect des règles d’une bonne installation électrique permet d’éviter la grande majorité d’entre eux.

Clôtures électriques

Les clôtures électriques, surtout lorsque leur mise à la terre est proche des bâtiments, peuvent avoir des effets importants en générant des courants vagabonds dans les installations.

En cas de parallé­lisme, sur plusieurs centaines de mètres, d’une clôture non électrifiée avec une ligne électrique, il faudra, à espacements réguliers, mettre cette clôture à la terre (tous les 50 mètres environ). Pour les clôtures électrifiées, des filtres permettent d’écouler à la terre le signal 50hz issu du parallélisme avec la ligne sans perturber le signal de clôture. Prendre contact avec le GPSE pour la mise en œuvre.

Mise en équipotentialité

Dans les bâtiments la meilleure façon de neutraliser les courants parasites est la mise en place d’un maillage équipotentiel relié à toutes les masses conductrices de l’exploitation et à la liaison équipotentielle des installations. Ce maillage, enfoui dans le sol, est constitué de mailles de 50 centimètres au maximum de côté, à une profondeur maximale de 5 à 10 centimètres. On pourra par exemple mettre en place un treillis soudé dans une chape en béton. Cette disposition est rendue obligatoire dans tous les locaux ou séjournent des animaux par la Norme NF C15.100 §705.415.2, depuis le 1er Juin 2003.

Prise de terre

Une bonne prise de terre doit être constituée par une boucle faite avec un câble en cuivre nu de 25 mm2 de section, disposée à fond de fouille et ceinturant le périmètre des bâtiments (cette disposition est rendue obligatoire par l’Arrêté du 04 Août 1992 pour les bâtiments neufs ou extensions de bâtiments). Une disposition équivalente, telle que l’utilisation des prises de terre de fait constituées par les poteaux métalliques des murs extérieurs des bâtiments à ossature métallique est admise. Par contre, on ne doit, en aucun cas, la remplacer par un élément métallique destiné à un autre usage, une canalisation d’eau par exemple.

Le cas échéant, toutes les prises de terre d’un même bâtiment doivent être interconnectées (reliées entre elles).

La valeur de la résistance de terre doit être vérifiée périodiquement par un électricien à l’aide d’appareils de mesures spécifiques.

Equipements extérieurs

À l’extérieur des bâtiments, tout équipement métallique (abreuvoir, distributeur...) doit être mis à la terre en un point.

Décharges électrostatiques

La décharge électrostatique provient d’une charge d’électricité statique accumulée sur des matériaux le plus souvent à la suite de frottements (courroies isolantes, tapis roulants, etc.). Elle peut se manifester par une « châtaigne » mais aussi, ce qui est plus grave, déclencher une explosion de vapeurs ou de poussières inflammables. Ceci peut se produire lors de transvasements (d’hydrocarbures, d’aliments en poudre, de farine, etc.) ou dans des endroits confinés (poussières dans les silos, etc.). Il convient de s’en protéger par l’évacuation permanente des charges électriques à l’aide d’une bonne mise à la terre et par l’utilisation de matériaux suffisamment conducteurs. Pour se prémunir des décharges électrostatiques, on privilégiera, dans l’environnement immédiat de l’animal, des matériaux conducteurs correctement mis à la terre ou des matériaux parfaitement antistatiques.

Effet de pile L'effet de pile

Certains produits utilisés ou générés par l’exploitation (engrais chimiques, lisiers, etc.) se comportent, dans un sol humide, comme l’électrolyte d’une batterie. En présence de métaux, il se produit une migration de charges positives et négatives. Un sol initialement isolant peut alors devenir conducteur. On peut également assister à la dégradation accélérée de pièces métalliques enfouies (canalisations, poteaux métalliques...) par effet d’électrolyse. Ceci se traduit par l’apparition de tensions continues de faible niveau allant jusqu’à 1 ou 2 V.

Influences électromagnétiques externes

Il convient de protéger contre les influences électromagnétiques externes tous les équipements contenant des cartes électroniques, en les disposant dans des armoires métalliques, maintenues hermétiquement fermées et mises à la terre. Il est nécessaire d’utiliser des câbles blindés pour relier les armoires entre elles.

Le blindage métallique disposé autour des fils conducteurs protège le câble des influences électromagnétiques externes. Ce blindage est mis à la terre aux deux extrémités au moyen d’un drain de cuivre.

Mesure des ondes électromagnétiques
Il est possible de demander une mesure des ondes électromagnétiques auxquelles sont soumis certains lieux. Les conditions sont précisées dans ce document édité par le ministère de l’Environnement : Surveiller et mesurer les ondes électromagnétiques.