Demander l’aide du GPSE

Les étapes nécessaires

Si vous êtes agriculteur, que vous avez des difficultés dans votre exploitation et que vous soupçonnez des problèmes de nature électrique, commencez par consulter ces conseils pratiques et procédez aux aménagements nécessaires. Vous pouvez faire appel à un électricien qui pourra détecter d’éventuelles anomalies dans votre exploitation. Demandez également conseil à votre vétérinaire qui pourra faire réaliser des analyses biologiques, éventuellement avec l’appui du Groupement de défense sanitaire.

Si cela ne suffit pas, contactez votre chambre d’agriculture et demandez l’intervention de techniciens. Cette étape est indispensable car bon nombre de difficultés peuvent être résolues de cette façon. Les problèmes peuvent venir de causes multiples liées aux bâtiments, aux équipements, à l’alimentation, etc. Si ces interventions restent sans effet, la Chambre d’Agriculture pourra demander avec votre accord l’intervention du GPSE.

La Chambre d’Agriculture décrira les problèmes que vous rencontrez : types de pathologies, résultats techniques, comportement des animaux, dysfonctionnements électriques observés ou supposés.

les conditions d’intervention

S’il existe une réelle présomption de phénomènes électriques parasites, le GPSE prendra contact avec vous et pourra vous proposer un protocole, c’est-à-dire une convention qui devra être signée par vous, par votre Chambre d’Agriculture et par le détenteur du matériel électrique concerné.

Le GPSE ne peut intervenir que si :

  • une demande est formulée à la fois par l’éleveur et sa Chambre d’Agriculture ;
  • une origine électrique des problèmes est soupçonnée et il existe une source électrique extérieure à l’élevage à proximité de celui-ci ;
  • l’entreprise électrique concernée est favorable à l’intervention du GPSE et disposée à assumer le coût des expertises ;
  • les experts du GPSE peuvent intervenir dans de bonnes conditions ;
  • il n’y a pas de procédure judiciaire engagée.

Le GPSE :

  • intervient en toute indépendance ;
  • est en charge du diagnostic des problèmes ;
  • n’est pas soumis à une obligation de résultat ;
  • n’est pas chargé de mettre en œuvre des solutions ;
  • n’est pas chargé de l’indemnisation éventuelle de l’éleveur ni du calcul de celle-ci.

Qui finance l’expertise du GPSE ?

Les frais d’expertises sont généralement couverts par l’entreprise qui détient l’installation électrique concernée lorsque celle-ci est extérieure à l’exploitation (ligne électrique, etc.). Cela suppose une démarche volontaire de sa part, dans un souci de trouver une solution amiable aux problèmes des éleveurs.

Pendant l’intervention du GPSE, les frais habituels de fonctionnement de l’élevage continuent d’être couverts par l’agriculteur.

Une fois le diagnostic établi, si des travaux doivent être engagés, leur financement est discuté par l’éleveur et les parties concernées, en fonction des responsabilités de chacun.